Soutenance de thèse d’Alix Meunier

20 octobre 2022 par Patricia Siguier
Coordination entre croissance et cycle cellulaire chez l'espèce Escherichia coli

Vendredi 4 Novembre 2022

Alix Meunier présentera ses résultats sur l’étude de la coordination entre croissance et cycle cellulaire chez l’espèce Escherichia coli.

Résumé :

Comme tous les êtres vivants, les bactéries ont besoin de se reproduire pour survivre à long terme. La plupart des bactéries le font par fission binaire, y compris l’organisme modèle Escherichia coli. Sous sa simplicité conceptuelle, la fission binaire apparaît comme un processus moléculaire complexe. Elle implique de multiples mécanismes de base, qui sont hautement conservés parmi les souches d’une même espèce. L’efficacité de ce programme de prolifération, c’est-à-dire sa rapidité et son faible taux d’échec, repose également sur une forte coordination spatio-temporelle de tous les évènements du cycle cellulaire. Cela est particulièrement remarquable dans le cas des bactéries à croissance rapide qui sont capables de gérer plusieurs yeux de réplication en simultané. Depuis les années 60, les études de physiologie bactérienne travaillent au décryptage de ce réseau moléculaire et la définition de modèles généraux décrivant la coordination du cycle cellulaire. Les progrès récents des techniques d’analyse unicellulaire offrent de nouvelles perspectives. Je suis particulièrement intéressée par la diversité phénotypique que l’on retrouve entre des souches appartenant à une même espèce. Au cours de ma thèse, j’ai appliqué une approche de biologie cellulaire comparative pour tester les corrélations existantes entre les paramètres phénotypiques liés au cycle cellulaire. Grâce à la microscopie optique, au suivi de la densité optique des cultures, à la PCR digitale en gouttelettes et à la cytométrie en flux, j’ai caractérisé précisément une série de phénotypes, à savoir la morphologie, les proportions de cellules en ségrégation et en division pendant la croissance exponentielle, le taux de croissance de la population, la durée des périodes du cycle cellulaire, et cela pour huit souches différentes d’Escherichia coli. Mes données suggèrent des différences de corrélation entre taille cellulaire et croissance cellulaire, impliquant des différences de volume à l’initiation de la réplication de l’ADN entre souches d’une même espèce bactérienne. Elles révèlent également une remarquable conservation des durées de réplication du matériel génétique et de division cellulaire entre ces souches. La période de ségrégation des réplicats chromosomiques semble également relativement invariable pour une souche donnée dans différentes conditions de croissance, mais sa durée varie de souche à souche. Ainsi, une diversité dans le contrôle du moment d’initiation, mais aussi dans la durée de certains évènements du cycle cellulaire peut être identifiée entre souches partageant plus de 95% d’identité entre les gènes de leur génome cœur. Ces observations pourraient permettre par la suite d’identifier de nouveaux facteurs impliqués dans le contrôle du cycle cellulaire bactérien.


La soutenance de thèse sera précédée de d’un séminaire : Pr Erick Denamur (Universités Paris Cité et Sorbonne Paris Nord) : « Population genetics of Escherichia coli natural isolates. »



Equipe GeDy