Nouvel arrivant, Hugo Lebrette

18 février 2022 par Patricia Siguier
Arrivée d’un biologiste structural voulant déchiffrer le métalloprotéome des mycoplasmes.

Hugo Lebrette

Recruté CRCN au CNRS (CNS 20) en 2021, j’avais été précédemment sélectionné en 2020 à l’appel d’offre d’accueil de nouvelles équipes au CBI. Mon projet de recherche vise à caractériser le métalloprotéome essentiel à la survie des mycoplasmes.

Depuis le début de mon parcours scientifique, je m’intéresse à l’homéostasie des métaux et la chimie des métalloenzymes chez les bactéries. J’ai effectué une thèse en biologie structurale à l’Institut de Biologie Structurale (IBS) / Université de Grenoble, sous la supervision de Christine Cavazza, dans le groupe Métalloprotéines dirigé par Juan Fontecilla-Camps. L’objectif de ma thèse était de caractériser, notamment par cristallographie aux rayons X, des récepteurs extracytoplasmiques de systèmes ABC d’import de nickel, afin de mieux comprendre les stratégies d’acquisition de ce métal par certaines bactéries pathogènes. J’ai ensuite réalisé un long postdoc à Stockholm, dans le groupe de Martin Högbom au Department of Biochemistry and Biophysics de l’Université de Stockholm. Mes recherches se sont alors focalisées sur l’étude des mécanismes catalytiques d’enzymes à fer et à manganèse telles que la ribonucléotide réductase. Nous utilisions notamment le laser à électrons libres et à rayons X (XFEL pour X-ray free-electron laser) dans le but d’observer simultanément par cristallographie et spectroscopie, des intermédiaires catalytiques.
Aujourd’hui, je souhaite pouvoir installer une nouvelle équipe au sein du LMGM-CBI et je candidate cette année à l’ATIP et à l’ANR JCJC en vue d’obtenir un financement. Au travers de mon projet de recherche, je veux développer davantage mon intérêt scientifique pour l’homéostasie des métaux et ainsi caractériser les mécanismes d’acquisition et d’utilisation des métaux chez des bactéries « minimalistes » telles que les mycoplasmes. J’utiliserai notamment des méthodes de biochimie et de biologie structurale en cherchant à m’inscrire dans une approche intégrative et multidisciplinaire.

Fraichement débarqué de régions froides, entre Grenoble et Stockholm, je suis ravi de pouvoir rejoindre la rayonnante Toulouse et profiter de l’environnement scientifique stimulant et des nombreuses expertises du LMGM-CBI qui seront clefs dans la réussite de mon projet.